Qui dit septembre dit rentrée... des séries. J'ai donc eu moins de temps pour aller admirer les quelques bons films et les nombreuses coquilles vides présents en salles. Le prix des tickets ne cesse d'augmenter alors que la qualité ne suit pas, le choix du film devient ainsi de plus en plus important sous peine de sentir frustré à la sortie. 

Evidemment cela signifie que les spectateurs ne prennent plus de risque. Il parient désormais sur les acteurs et réalisateurs connus. C'est notamment le cas avec le remake des 7 Mercenaires par Antoine Fuqua avec en tête d'affiche le seul et unique Denzel Washington accompagné de la star montante Chris Pratt (Jurassic World, La Grande Aventure Lego, Les Gardiens de la Galaxie). Le cinéma est après tout un divertissement. Si vous aimez les bastons, êtes nostalgique des westerns ou voulez vous vider l'esprit, ce film est pour vous. Avec un script minimaliste et des personnages superficiels, l'histoire peine à captiver. Il y a peu de chance que vous vous souveniez de ce film dans un mois. 

En France il en va de même. Toutefois si Eternité réunit quelques unes des actrices françaises les plus connues (Audrey Tautou, Mélanie Laurent,Bérénice Bejo), l'aspect peu mainstream de l'oeuvre et son réalisateur inconnu ont refroidi les spectateurs. Même problème pour le biopic (très fortement romancé) de Loïe Fuller, La Danseuse, malgré une Soko formidable.

On peut tout de même se féliciter de notre cinéma avec deux petits bijoux très différents. Divines nous a enchanté par ses trois jeunes actrices de talent. Quelque soit l'opinion avec laquelle vous sortez, vous ne pouvez pas être restés indifférents. Quant-à Un petit boulot avec Duris et Blanc, quel plaisir de retrouver une histoire un peu grinçante comme savent si bien le faire les français.

Quelques déceptions pour moi concernant les oeuvres made in USA. Where to Invade next de Michael Moore est un amat de faits superficiels et de demies vérités. Il n'y a qu'à voir la représentation qu'y est faite des cantines françaises et des conditions de travail en Italie. Matthew McConaughey interprêtait un déserteurs de la guerre de Sécession assez crédible dans Free State of Jones. Toutefois l'histoire et son traitement m'ont laissée dubitative. Notons que toute la 2nde moitié du film est un réquisitoire pour les droits des Afro-Américains, mais le héros n'en reste pas moins blanc. Lors de la promotion de War Dogs en France, Jonah Hill a davantage fait parlé de lui à cause de son altercation avec une miss météo que de son film. Rien d'étonnant à ça, car il y a peu de chose à en dire. L'histoire est d'autant plus incroyable qu'elle est vraie, et les acteurs entrent parfaitement dans leurs rôles. Mais la réalisation est bien trop sage. Avec un tel sujet le film aurait dû aller bien plus loin dans le WTF!.

Reste Morgane, le film de science-fiction du mois, pour sauver à mes yeux les sorties américaines. Passé inaperçu à cause d'une communication erronée  (non ce n'est pas un film d'horreur), l'histoire nous emmène dans une réflexion touchant aux fondements de l'humanité.

 

Mon podium du mois de septembre

 

Un-Petit-Boulot

 

Divines

 

morgane